« Les coeurs de villes sont malades de la fermeture des commerces de proximité les uns après les autres. Nos villes ont besoin d’actes volontaires, il faut redonner aux gens l’envie d’y venir et d’y vivre », Erik Orsenna.

Fuveau Demain est au travail. Parmi les groupes en place, celui qui s’attache aux quartiers  a remarqué que nombre de Fuvelains ne se déplacent pas dans le centre-ville,  le groupe « développement économique », quant à lui s’emploie à initier des propositions sur cette question. 

Que peut-on faire ?

Si les villes moyennes telles que Fuveau sont plébiscitées, comment faire en sorte que notre centre-ville développe son attractivité ?

Il faut augmenter les raisons de s’y rendre et  ne pas en faire uniquement un lieu commercial qui aura du mal à rivaliser avec les zones  environnantes.

Fuveau demain veut que le centre propose des lieux de de rencontres et d’échanges, adapté aux enjeux de mixité sociale et intergénérationnelle, de nouveaux services, des espaces publics de qualité accessibles et montre sa richesse culturelle.

Et vous, quels types d’espaces  souhaitez-vous ?

  • Un jardin pour les enfants ? un espace pour les ados ? pour les seniors ? 
  • De nouveaux services : apprentissage informatique, …
  • D’autres idées ? 

Comment donner le sentiment « d’un espace à portée de mains » ?

  • Favoriser la circulation des vélos et des piétons  
  • Implanter un garage à vélos. 
  • Mettre en valeur l’olive ? la vigne ? le livre ?
  • Créer une résidence d’artiste ? 

Le centre c’est aussi les vieux quartiers, riches d’un patrimoine culturel.

Selon vous, comment faut-il le mettre en valeur ?

  • Améliorer l’offre touristique,
  • Aménager des lieux de vie, des points de rencontre,
  • Mettre en valeur le patrimoine bâti : la porte de Bassac, l’église, la chapelle saint-michel, le pigeonnier (ancien moulin à vent), la chapelle Saint-Jean de Melissane, la chapelle Saint-Roch, mais aussi l’histoire minière.
  • Utiliser des figures locales pour développer un lieu d’information et de recherche :

Charles VERMINCK, premier instituteur du village, dont le fils, bienfaiteur de la commune au XIXème siècle et armateur, est à l’origine des grandes compagnies maritimes marseillaises.

  • s’interroger sur l’évolution des villages perchés de la Méditerranée au XXIè siècle 
  • d’autres idées ? 

Le devenir de l’ancien bar du Cours (Bâtisse Vitalis) est en cours de réflexion via une commission qui semble déjà avoir conclue sur les projets en cours.

Nous pensons que ce sera tous ensemble que nous devrons faire battre de nouveau le cœur historique de notre village

PARTICIPEZ AU DEBAT POUR ENRICHIR LA REFLEXION